Corporation des Pilotes
du Fleuve et de la Voie Maritime
du Saint-Laurent
 
| | | |
 
 
Le pilote
« Accueil
 
1- Le pilotage dans la circonscription
de Cornwall
2- Le profil d’un pilote maritime
3- Le cheminement pour devenir pilote

La sécurité de la navigation à l’intérieur de la voie maritime est un objectif incontournable pour les gouvernements qui ont le mandat de protéger à la fois l'environnement, leur économie et la vie humaine. Les pilotes de la voie maritime ont un taux de 99,9 % de voyages sans incident.

C’est pourquoi le Canada, en vertu de la Loi sur le pilotage du Canada, confie la navigation des navires commerciaux dans ses eaux territoriales à des pilotes maritimes expressément formés pour connaître à la perfection le secteur navigable dans lequel ils guident des navires de toutes nationalités.

Les pilotes de la Corporation des Pilotes du Fleuve et de la Voie Maritime du Saint-Laurent sont tous des marins de grande expérience ayant navigué de nombreuses années comme capitaine ou premier officier sur les cours d’eau des Grands Lacs, du fleuve Saint-Laurent et en haute mer. L’expérience et les connaissances acquises par ces pilotes combinées à un entraînement de haute qualité font qu'ils peuvent faire face à des défis de pilotage élevés dans des eaux locales reconnues pour leur haut niveau de difficultés.
 


1- Le pilotage dans la circonscription de Cornwall

Tout navire assujetti au pilotage obligatoire en vertu de la Loi sur le pilotage du Canada et qui remonte la voie maritime doit transiter par l’écluse de Saint-Lambert, point d’embarquement des pilotes de la Corporation des Pilotes du Fleuve et de la Voie Maritime du Saint-Laurent. Le pilote monte alors à bord pour prendre en charge la conduite du navire jusqu’à l’écluse de Beauharnois où un confrère prendra la relève jusqu’à l’écluse de Snell dans l’État de New York.

Une fois monté à bord, le pilote échange l’information nécessaire à la conduite du navire avec le capitaine et les officiers à bord et il doit, dans un très court laps de temps, évaluer la compétence de son équipage, les caractéristiques du navire et de son équipement. Les navires qui transitent par la voie maritime le font dans les eaux limitrophes du Canada et des États-Unis. Pour s'assurer que les navires répondent aux exigences de navigation et avant d'être acceptés pour leurs passages, les navires subissent plusieurs inspections de la part des services de la Garde côtière, des autorités de la voie maritime et des services douaniers des deux pays. Le pilote, en montant à bord, exécute une de ses nombreuses tâches, soit de s’assurer que le navire est conforme et en état de naviguer en toute sécurité.

Comment le pilotage dans la circonscription de Cornwall est-il organisé?

Les pilotes de la Corporation des Pilotes du Fleuve et de la Voie Maritime du Saint-Laurent de la circonscription de Cornwall sont des employés de l’Administration de Pilotage des Grands Lacs qui relève de Transports Canada.

Intéressé à une carrière de pilote maritime dans la circonscription de Cornwall?

Compte tenu des très importantes responsabilités qui sont dévolues aux pilotes maritimes, l’obtention d’un brevet est l’aboutissement d’une longue carrière qui a souvent débuté dans une école de marine combinée à plusieurs années d’expérience et de formation.

Description de la profession de pilote

Le pilote est un marin professionnel qui a la connaissance approfondie et l'expertise locale d'une zone
de pilotage obligatoire et qui a la conduite d'un navire pour en assurer son passage efficace et sécuritaire.

2- Profil d'un pilote

Aptitudes physiques
- Excellente coordination œil/main/pied
- Dextérité
- Capacité à distinguer les couleurs avec aisance
- Bonne orientation spatiale et bonne perception des formes
- Bonne endurance physique
- Capacité de travailler de longues heures
- Bonne résistance à la chaleur et au froid
- Dans l’ensemble, bonne forme physique
- Bonne ouïe et bonne vision

Attitudes et aptitudes personnelles
- Capacité de planifier  
- Sens de l’organisation  
- Confiance en soi et maîtrise de soi  
- Sens de l’observation  
- Capacité d’analyse  
- Capacité de recevoir et d’assimiler beaucoup d’information  
- Capacité à se faire comprendre au moyen de dessins et par gestes  
- Flair du marin  
- Professionnalisme  
- Sens des responsabilités  
- Souci de la sécurité  
- Disposition à écouter, à apprendre, à mettre à jour et à améliorer ses connaissances  
- Leadership  
- Aptitude à parler clairement et avec conviction  

- Capacité de convaincre l’équipage du
bien-fondé des décisions
- Habileté à maintenir des relations
professionnelles et personnelles
- Aptitude à rester vigilant
- Conscience constante de la situation
- Aptitude à gérer le stress
- Fierté professionnelle, apparence
personnelle soignée
- Patience et tolérance
- Habileté dans les relations sociales
- Capacité de travailler en équipe
- Jugement
- Capacité de bien gérer ses heures
de repos
- Capacité de décider rapidement
- Capacité de travailler en situation de crise
  et lors de circonstances imprévues

3- Pour devenir pilote dans la circonscription de Cornwall

Le candidat doit remplir les prérequis exigés par l’Administration de Pilotage des Grands Lacs. Il doit réussir un examen de sélection tenu par un jury où il doit démontrer qu’il possède des connaissances dans les domaines qui sont compatibles avec l’exercice des fonctions de pilotage. Il doit avoir suivi entièrement le programme d'apprentissage exigé par l'Administration, démontrer qu’il a suivi les règles de déontologie, avoir fait un minimum de 50 voyages de formation dans cette zone et réussir l'examen pour devenir pilote.

Pour se présenter à l’examen de sélection

En plus de posséder des états de service en mer et de l’expérience démontrant qu’il est en mesure d’exercer efficacement et en toute sécurité les fonctions de pilotage, le candidat doit :
  1. Être titulaire d’un brevet de capitaine, voyage local ou mieux.
  2. Posséder les états de service en mer suivants, dans les cinq ans qui précèdent la date de sa demande : avoir servi en mer à bord de navires effectuant des voyages dans la zone où il a l’intention d’exercer les fonctions de pilotage et avoir ainsi acquis une connaissance générale de la zone. Présenter à l'Administration une déclaration statutaire faisant connaître ou savoir son expérience et ses états de service à bord des navires canadiens dans et à travers les parties de chaque zone de pilotage obligatoire et avoir fait, au cours des trois années qui ont précédé la date de sa demande, au moins 15 voyages dans la zone ou partie de celle-ci pour laquelle le brevet de pilotage doit être attribué.
  3. Avoir servi en mer au moins 12 mois en qualité de capitaine de navire ou au moins 24 mois en qualité d’officier de quart à la passerelle.
  4. Avoir été déclaré médicalement apte à exercer les fonctions de pilotage conformément aux exigences du Règlement général sur le pilotage.
  5. Être titulaire d’un certificat restreint d’opérateur radio-commercial maritime ou d’un certificat général d’opérateur radio valide qui lui a été délivré en vertu de l’alinéa 5(1)a) de la Loi sur la radiocommunication.
  6. Posséder, d'autre part, une attestation établissant qu’il a, dans les deux années qui ont précédé la date de sa demande, suivi et terminé avec succès le cours des fonctions d’urgence en mer (MED III) en ce qui concerne les officiers supérieurs, ainsi que le cours de navigation électronique simulée, niveau II (SENII), mentionnés dans le Règlement sur la délivrance des brevets et certificats (marine).
  7. Détenir un certificat d’assistance à un programme de formation en gestion des ressources à la passerelle (BRM) reconnu par l’Administration comme étant conforme aux exigences de la partie B, chapitre VIII, de la Convention internationale de 1978 sur les normes de formation des gens de mer, de délivrance des brevets et de veille (STCW), avec ses modifications successives.
  8. Parler et comprendre assez bien le français et l’anglais pour remplir les fonctions de pilote dans cette zone.
  9. Être citoyen canadien ou immigrant reçu aux termes de l'alinéa 15(2)b) de la Loi.

L'apprentissage

En plus de remplir les conditions énoncées pour l'examen de sélection, tout candidat à un brevet doit suivre un programme d'apprentissage qui est personnalisé selon ses connaissances, son expérience et ses habiletés. Un groupe de pilotes responsable de la formation suit l'apprenti tout au long de son apprentissage. Le programme est d'une durée variable selon la progression de l'apprenti pilote. Il doit connaître et maîtriser toutes les exigences du pilotage et de la navigation (notamment la connaissance des cartes, des courants, de la profondeur des fonds, des mouillages, des aires où il est interdit de mouiller et de toutes les aides à la navigation dans la zone, le système de contrôle de la circulation maritime, les parties pertinentes des lois et règlements en application et les règlements pertinents relatifs aux douanes, aux ports, à l'immigration et à la pollution), sur les règles de route pour les Grands lacs, les règlements applicables aux ports administrés par le Conseil des ports nationaux et le Règlement sur la voie maritime; la manœuvre des navires, y compris les caractéristiques connexes du navire et les principes de l'hydrodynamique; l'utilisation de tous les instruments de navigation de bord; les fonctions, les responsabilités et les obligations d'un pilote. L'apprenti doit faire un minimum de 50 voyages de formation entre Saint-Lambert et Cornwall avec un pilote breveté, mais le nombre réel des voyages dépend de la progression.